Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi est il parfois préférable d'être née cochonne plutôt que chienne, semaine 2

Publié le par amap 72 la fonderie

Elle leva le groin au ciel.
Haut.
Bien haut.
Si haut qu'elle put humer la délicate odeur de salade se dégageant de la serre toute proche.

 
(les salades, hummmmm)
Alors parce que cela sentait fort bon,
ou parce qu'elle se sentait être à la veille d'un événement important (nous étions alors le 23 décembre),
ou tout simplement  parce qu'il n'y avait pas d'électricité dans son parc,
Rouquette décida d'aller sur le champs vérifier si les salades étaient aussi goûtues que ne le promettait leur parfum !
 
Parce qu'elle a le palais fin et délicat, elle les croqua toutes, et si elle ne s'attarda sur aucune d'entre elles, elle en mangea  toutefois suffisamment pour que de chaque salade il ne reste qu'un moignon informe et peu ragoûtant.

(les salades après...)
                       
« Fut elle au moins châtiée pour cela ? » me demanderez vous, furieux de vous amputer de la verdure du panier,
Eh bien non, je ne le pus point, car  le lendemain, nuit du 24  décembre, Rouquette avait donné naissance  à une bande de joyeux porcelets !
 

 
(oui, ils sont mignons tout plein mais, je ne sais pas pourquoi, je sens que celui ci va être une vraie langue de vipère)(photo obtenue sans manipulation génétique)
 
Des porcelets dont on pourra dire sans conteste qu'"ils ne sont pas nés de la dernière truie", puisqu'il nous reste encore à ce jour deux représentantes de la gent porcine, Rouquette donc, et Blanchette

 

qui dans son jeune temps avait elle aussi défrayé la chronique par ses sorties mémorables (clic sur Blanchette et laisse toi propulser dans cet espace temporel improbable et qui fut pourtant le notre en cette fin 2012)
 
Bien entendu, à ce moment du récit où l'annonce de la composition du panier approche à grands pas, vous vous demandez toujours pourquoi il est parfois préférable d'être née cochonne que chienne.

Eh bien tout simplement parce qu'ayant voulu goûter elle aussi aux joies des sorties dans la campagne humide, Picouette notre jeune chienne a cru dans son élan de folle jeunesse pouvoir traverser la route avant que le gros camion n'arrive à sa hauteur, et comme elle avait mal évalué les distances, elles s'est trompée.

De là à penser que Capucine, la vieille chienne, a pu la pousser à traverser la route sans regarder ni à gauche ni à droite, il n'y a qu'un pas que nous avons franchit depuis longtemps puisque ça fait déjà le troisième chien que nous perdons ainsi : ils partent en balade et Capucine revient, seule.
 
Connaissant cela et ne doutant plus de ses pouvoirs surnaturels, vous comprendrez fort bien que je me garde de dire du mal de Capucine dont la beauté n'a d'égale que la perfide habileté à provoquer la disparition de ceux qui se mettent en travers de son chemin.
 
(excusez ma légèreté, mais en fait, au delà de la tristesse et du coté désagréable d'un tel événement, ça nous enlève une sacrée épine du pied : lorsqu'elle  est seule, Capucine ne bouge plus que du canapé à la fenêtre, parfois juste du canapé au lit, et parfois même du lit au lit,,,plus besoin de se demander où sont passées les chiennes et si elles ne sont pas en train de faire quelques bêtises...)
 
Alors voilà, Capucine a gagné : elle sera désormais la seule chienne de la ferme jusqu'à la fin de ses jours,
Nous aidera-t-elle pour autant cette semaine à préparer  les pommes de terres, les carottes, les céléris raves, les oignons, les poireaux et parce que Rouquette a eu la délicatesse de vous en laisser, la salade ?
 
Hum...je sais pas pourquoi, mais là j'ai un doute.

A demain
isabelle

 
 Une prochaine fois peut-être, je vous conterai l'histoire de la truie qui racontait à qui voulait l'entendre qu'il suffisait de l'embrasser pour qu'aussitôt elle se transforme en princesse....Mais ça se sera pour une prochaine fois. Peut-être...

 

Commenter cet article