Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chronique de la grande rivière, semaine 5

Publié le par amap 72 la fonderie


Lundi matin, beau temps sur le pays.
Parfait pour renouer avec le désherbage, face au soleil,  le corps encore engoncé dans les vêtements de pluie ( parce qu'on ne sait jamais : les nuages à cette époque  aiment particulièrement venir en traître)


Moi, j'aime bien désherber.
Car le désherbage, voyez vous, est propice à l'introspection la plus intime, à l'interrogation la plus fondamentale concernant le pourquoi et le comment de toute chose.
Ainsi :
Pourquoi la seule fois où l'on apprécie que les autres s'occupent de nos oignons, c'est quand il faut les éplucher ?
Peut-on encore parler d'amour vache lorsqu'il s'agit d'un bœuf ?




Pourquoi n'appelle t-on pas tous les coqs "Liko" ?

J'étais donc en pleine réflexion existentielle lorsque je vis le porc à coté de moi, qui me regardait de ses petits yeux ronds.



Je n'avais, bien entendu, pas remarqué que  j'avais parlé tout haut. Et ou il ne comprenait rien, ou il avait réponse à tout et n'allait pas tarder à me faire passer pour une idiote.
Un bruit de moteur au loin annonçait le retour de Damien, parti aux premières lueurs matinales désosser un tunnel que nous venions d'acquérir. J'en profitai pour extirper mes bottes du trou où elles s'étaient enlisées, et parce que j'aime avoir le dernier mot (et que surtout je n'aime pas que les cochons me fassent passer pour une idiote), je lui lançai un "ah ça t'en bouche un groin, hein ? mon cochon !" (bien qu'il ne soit pas plus coquin qu'un autre)
Sur ce, je partis à grands pas disgracieux (dans la boue, forcément, parce que sinon, vous me connaissez, j'ai la grâce d'une ballerine au pied du petit rat...) pour ne pas avoir à entendre le petit rire du cochon qu'il avait (en tout cas, c'est ce que je m'imaginais) sans nul doute emprunté à une hyène...


Là vous vous dites que j'exagère, que je vous raconte des histoires mais que nenni, mes amis ! La vie à la ferme a de quoi vous rendre fous !
Heureusement, nous vous voyons chaque semaine, et d'ailleurs, cette semaine, c'est aujourd'hui


Alors sans plus attendre, voici les légumes qui finiront dans votre gourmand gosier :
pomme de terre
carottes
poireaux
chou au choix
cresson alénois
et peut-être navets (s'il y en a qui réchappent du tri)
(contenu susceptible de modifications suivant récolte et stock)

a tout à l'heure
Isabelle

Commenter cet article